Blog

Accueil >> News & Blog >> Affrètement aérien >> Affréter un avion : Optimiser vos déplacements et réduire vos émissions

Affréter un avion : Optimiser vos déplacements et réduire vos émissions

Au niveau global, le transport aérien émet 2,8% des émissions de CO2 générées par les énergies fossiles. Si ce chiffre paraît faible en proportion des émissions totales, la pression de l’opinion publique sur le transport aérien reste considérable. Pour exemple, le flyskam, littéralement la honte de se déplacer en avion qui a émergé en Suède et qui s’étend à de nombreux pays développés. Cela pousse l’industrie à s’adapter à cadence élevée. Le gouvernement français a récemment annoncé son intention d’investir 1,5 milliard d’euros dans la recherche sur « l’avion propre » avec pour objectif un avion de ligne moyen-courrier décarboné en 2035. L’objectif à terme est toujours de réduire de 50% les émissions de carbone à l’horizon 2050.

Des avancées considérables en matière de performance énergétique des modes de propulsion actuellement utilisés ont été obtenues au cours des 50 dernières années. En outre, les améliorations respectueuses de l’environnement introduites par les sous-traitants du transport aérien jouent un rôle important dans un secteur aéronautique encore plus vertueux.

En 2019, le passager aérien moyen a brulé 50% moins de kérozène que dans les années 60 et 20% de moins que dans les années 90.

Affréter un avion : Optimiser vos déplacements et réduire vos émissions | Photo par Sebastian Herrmann sur Unsplash
Affréter un avion : Optimiser vos déplacements et réduire vos émissions | Photo par Sebastian Herrmann sur Unsplash

Cependant, du fait de son fonctionnement même, l’avion est le mode de transport le plus complexe à adapter et les défis qui l’attendent sont nombreux. Où en est le développement des nouveaux modes de propulsion en aéronautique ? À quand leur mise en service ? Pour quelles utilisations ? Comment dès aujourd’hui optimiser vos déplacements aériens tout en limitant votre empreinte carbone ?

Les modes de propulsion innovants

Les projets d’avion décarboné sont nombreux et sont pour la plupart au stade du prototypage. À ce jour, aucun de ces modes de propulsion ne semble prendre l’avantage et la course à l’innovation est en route. Qui sera le gagnant ?

  • L’avion électrique

En juin 2020, pour la toute première fois, un avion entièrement électrique a été certifié pour une utilisation publique. C’est l’Agence Européenne pour la Sécurité Aérienne (AESA) qui a délivré la certification de type au biplace slovène Pipistrel Velis Electro. Très silencieux (60 dBa), il vole à 180 km/h. Ultraléger, son autonomie ne dépasse cependant pas 50 minutes de vol. En plus de son principal atout d’avoir un bilan zéro émission – sous réserve que la production de l’électricité soit propre également, il présente des avantages importants versus une motorisation conventionnelle : le risque quasi-nul d’incendie en cas d’accident ; l’entretien moins onéreux du fait d’une architecture moins complexe, de pièces mécaniques moins nombreuses et moins exposées à de fortes contraintes physiques.

C’est sa capacité à stocker l’électricité qui est le principal handicap de cet avion et de tous les prototypes d’avion électrique. En effet, le nombre et le poids des batteries pour atteindre une autonomie suffisante limite sa capacité d’emport en passagers.

Le dilemme des avions électriques est simple :

Tant que des batteries plus légères et moins volumineuses n’auront pas été conçues, les ingénieurs aéronautiques devront composer avec cette équation.
À ce jour stade, l’arbitrage doit être fait entre autonomie, source d’énergie et charge emportée.

Un autre inconvénient réside dans le manque d’infrastructures de rechargement au sol pour effectuer des recharges rapides. Installer des stations de ce type dans tous les aéroports va demander du temps et une vrai volonté politique.

Pour l’instant, même si le Pipistrel Velis Electro reste un avion de loisirs de très faible tonnage, c’est un symbole fort car il témoigne de la capacité des autorités aéronautiques à certifier des avions 100% électriques pour un usage public.

Compte tenu des caractéristiques évoquées plus haut, ce type d’aéronefs sera initialement mis en œuvre pour des missions courtes et ponctuelles telles que celles pratiquées dans le cadre d’affrètement avion ou hélicoptère sur des distances courtes. Dans une second temps, avec l’avènement de moteurs plus performants et de batterie de nouvelle génération, ça sera des petits avions régionaux (moins de 19 sièges) ou avions cargo dédiés à la desserte de communautés isolées.

La propulsion à hydrogène

L’hydrogène est un combustible très énergétique, bien que difficile à manipuler car sa molécule est légère. Son avantage majeur est qu’il est l’un des gaz les plus courants de l’univers et, de plus, sa combustion produit de l’eau ! De plus, les turboréacteurs actuels sont facilement adaptables à son utilisation comme source de combustion.

Le plus important risque est l’explosion (contrairement à ce que l’on croit, le kérosène n’explose pas sous sa forme liquide normale) et toutes les étapes du traitement de l’hydrogène nécessitent une surveillance particulière. De sa fabrication à sa combustion dans un réacteur, ainsi que pendant son transport et son stockage, sa température doit être abaissée et maintenue à -250°C. Enfin, en raison de ses caractéristiques et de l’énergie dégagée par son processus de combustion, l’avion nécessiterait des réservoirs quatre fois plus grands pour effectuer un même trajet donné.

Pour l’instant, compte tenu de l’état actuel des connaissances sur l’hydrogène, ce type de propulsion reste difficile à envisager à court terme et il n’existe actuellement pas de projet de recherche concret d’avion civil propulsé à l’hydrogène.

  • Hybride : la solution transitoire ?

Comme pour l’automobile, cette technologie pourrait s’imposer pour pallier les différents écueils du 100% électrique. L’adaptation du concept au transport aérien s’appuie sur l’utilisation de la puissance délivrée par le moteur thermique pendant les phases de décollage et de montée. En phases de croisière et pendant la descente le besoin de puissance est bien moindre et les moteurs électriques prennent le relais.

Le principal attrait d’une solution hybride est de combiner deux sources différentes d’énergie et garantir ainsi un niveau de sécurité unique. D’autre part, elle présente l’avantage de combinés les avantages de chacune des sources d’énergie.

Cette approche, rapidement réalisable, initierait rapidement la transition. Cela suppose la possibilité d’installer cette propulsion double sur des avions existants.

Quelles seraient ses applications à moyen-terme ? Les essais en vol d’un certain nombre de prototypes sont en cours et une mise en service commerciale d’ici 5 ans devrait se réaliser. Les premières applications devraient concerner les avions d’affaires, les avions privés à hautes performances pour ensuite monter en gamme vers le créneau des jets d’affaires disponibles à l’affrètement et des jets privés sur des liaisons plus longues.

En l’état actuel des technologies, le transport aérien décarboné n’est pas envisageable à moyen-terme. La transition est engagée mais elle va être très progressive du fait des blocages technologiques et des infrastructures indispensables à la mise en œuvre de ces avions propres, aujourd’hui manquantes.

En attendant, on peut réduire de manière significative son empreinte carbone en adaptant sa manière d’utiliser l’aviation grâce à des solutions d’affrètement privé ou d’affrètement d’affaires.

Affréter un avion & limiter son empreinte carbone

Conscients du dilemme auquel sont parfois confrontés les voyageurs aériens soucieux de leur empreinte environnementale, nous avons élaboré un ensemble de méthodes permettant d’évaluer l’impact avec précision et y apporter une réponse en mettant en œuvre des solutions concrètes.

Le principe même de l’aviation d’affaires consiste à concevoir des solutions de transport à la demande, entièrement customisable. En termes d’efficacité environnementale, c’est idéal car le service correspond précisément au besoin de déplacement. En effet, en évitant les détours le recours à plusieurs moyens de transport, la mise en place d’un vol affrété en jet privé peut permettre de réduire votre empreinte en comparaison à un déplacement traditionnel combinant plusieurs moyens de transports, des nuits d’hôtel, des transferts terrestres…

  • L’Europe, à elle seule, compte plus de 8,400 aéroports et aérodromes (source : www.ourairports.com). Une proportion très faible d’entre eux est desservie par des vols réguliers. En revanche, par le biais de l’affrètement aérien, un avion privé ou un jet d’affaires peut y être exploité en toute sécurité. Ces aéronefs sont conçus justement pour cela. En plus de participer à l’économie locale, utiliser ces aérodromes présente un double avantage :
    • Affréter un jet privé, c’est définir tous les éléments du voyage : point de départ, point d’arrivée, type de location avion, horaires… Dans cette perspective, vous pouvez choisir parmi tous les aérodromes disponibles ceux qui sont les plus judicieusement situés pour vous réduire les trajets au sol en amont, en aval, sans embouteillage et in fine moins de pollution.
    • Ces aérodromes de petites tailles sont souvent peu fréquentés et cela permet à jet d’affaires d’y arriver et d’en partir plus vite : moins de temps passé au sol à rouler avant le décollage et des approches directes sans attente comme cela est souvent le cas pour les aéroports de grande taille.
  • Profiter de vols directs grâce à la souplesse offerte par les solutions d’affretement avions. Étant donné que la consommation de carburant (et donc la pollution) est maximum en phases de décollage et de montée, le fait d’enchaîner deux vols consécutifs via un hub génère une pollution supplémentaire qu’un vol direct en jet d’affaires permet d’éviter. De plus, les cheminements de correspondances dans les terminaux ou vers une gare étant éliminés, cela neutralise les émissions générés par les transferts terrestres.
  • Dans la mesure du possible, privilégier les avions d’une taille plus importante et réduire ainsi le ratio d’émissions de CO2 par passager transporté. Pour cela, pensez à proposer à vos collaborateurs à prendre place à bord du vol privatisé par votre société. C’est pour cela que nous vous proposons systématiquement des solutions d’affrètement pour groupes au moyen d’un jet d’affaires de grande taille, un avion régional voir même un avion de ligne.
  • Profiter de la flexibilité et du confort offerts par la location d’avions d’affaires pour concentrer toutes vos visites et celles de vos équipes au cours d’un même voyage et ainsi optimiser vos déplacements.
  • Adapter vos dates de déplacement de telle manière pour utiliser les vols à vide disponibles sur le marché. En plus d’être plus abordables, ces vols sont disponibles sur des trajets spécifiques à quelques jours de votre départ. En récupérant des vols de positionnement et en neutralisant les votre vous réduisez de manière drastique votre empreinte tout en profitant de l’efficacité et du confort d’un vol affrété.
  • En Europe, l’emport moyen des avions d’affaires ne dépasse que rarement 3 passagers alors que la plupart des avions d’affaires disposent de plus de 4 sièges. Parmi les avions disponibles à la location, choisir le type d’avions dont la motorisation et la capacité sont parfaitement adaptées au trajet.
  • En Europe, l’emport moyen des vols en avion d’affaires ne dépasse pas 3 passagers alors que la vaste majorité des jets d’affaires sont au moins équipés de 4 sièges. Parmi les avions disponibles à la location, la clef est de choisir le type d’avions dont la motorisation, les caractéristiques techniques et la capacité collent sont strictement adaptées à vos exigences.

Les solutions afin de voler plus propre sont nombreuses et dès aujourd’hui accessibles. Parlons-en et nous vous expliquerons comment affréter un avion pour un groupe tout en tenant vos engagements en termes de responsabilité sociale.

Notre rôle consiste à faire en sorte que les utilisateurs de l’aviation à la demande et les compagnies aériennes spécialisées en vols affrétés travaillent en bonne intelligence pour créer une dynamique plus vertueuse. Notre objectif est de redonner de la valeur dans la mise en place de vols affrétés. Pour cela, nous vous proposons notre expertise du transport aérien.